Chômage, pauvreté, sur-occupation des logements et jeunes non insérés

Chiffres-clés

Analyse pour l’ensemble du littoral métropolitain

En 2016, les communes littorales métropolitaines hébergent 6,6 millions de résidents, dont 565 000 jeunes âgés de 18 à 25 ans. Leur taux de pauvreté au seuil de 60 % est de 16,4 %, soit 1,7 points de plus que la moyenne métropolitaine (14,7%).

Le taux de chômage des 15-64 ans est de 16,1 % avec près de 455 200 personnes concernées. La part des jeunes âgés de 18 à 25 ans en situation de chômage ou hors du système scolaire atteint 26,7 %. La proportion de jeunes non insérés est légèrement supérieure dans les communes rurales (29,3 %) que dans les pôles urbains (26,7 %) ou les communes périurbaines (25,8 %).

Sur le littoral métropolitain, 317 700 logements sont sur-occupés, soit 10,1 % du parc de logements. Ce taux est proche de la moyenne nationale (9,9 %) et de la métropole (9,6 %). La part de logements sur-occupés est plus élevée dans les pôles urbains (11,5 %) que dans les couronnes périurbaines (4,0 %) et les communes rurales (3,3 %).

Chômage, pauvreté, sur-occupation des logements, population et jeunes non insérés sur le littoral métropolitain et en métropole

Analyse par façade maritime

Façade Manche Est - Mer du Nord

Près de 1 million de personnes résident sur la façade Manche Est - Mer du Nord. Environ 79 700 personnes de 15 à 64 ans sont concernées par le chômage et 31 000 jeunes âgés de 18 à 25 ans se retrouvent hors du système scolaire ou sans emploi.

Le taux de chômage est de 18,5 % et la part des jeunes non insérés de 33,2 %. Ces taux, les plus élevés des 4 façades maritimes, dépassent les moyennes du littoral métropolitain respectivement de +2,4 pour le taux de chômage et +6,5 points pour la part de jeunes non insérés. Les départements les plus concernés sont : Pas-de-Calais (taux de chômage : 22,9 %, part de jeunes non insérés : 41,9 %) et le Nord (taux de chômage : 20,7 %, part de jeunes non insérés : 38 %).

Le taux de pauvreté est également important au sein de cette façade. Ainsi, à l’échelle du littoral métropolitain, le littoral du Pas-de-Calais et du Nord sont les zones où les taux de pauvreté sont les plus élevés : 23,2 % et 20,4 % respectivement.

Le taux de sur-occupation des logements est de 6,4 %, soit 29 600 logements concernés. Ce taux reste inférieure de la moyenne du littoral métropolitain (-3,7 points)

Façade Nord Atlantique - Manche Ouest

La façade Nord Atlantique - Manche Ouest héberge 1,7 million de personnes, dont 8 % de jeunes âgés de 18 à 25 ans. Le taux de chômage est de 14,1 % avec un peu près de 97 900 personnes concernées. Ce taux varie peu au sein de la façade : au nord, il avoisine 13 % (littoral d’Ille-et-Vilaine et les Côtes-d’Armor), contre 2 points de plus au sud (15,1 % en Vendée).

À l’échelle du littoral métropolitain, les jeunes résidant sur cette façade sont plus souvent en activité ou scolarisés. La part de jeunes non insérés est 4,5 points inférieurs à la moyenne du littoral métropolitain. Le taux de pauvreté est parmi les plus bas de l’ensemble du littoral en métropole. Il varie entre 9,6 % (Vendée) et 12,1 % (Côtes d’Armor).

Avec 4,9 %, la façade Nord Atlantique- Manche Ouest présente le taux de sur-occupation des logements le plus faible du littoral métropolitain, soit 5 points de moins que la moyenne du territoire littoral en métropole. Sur cette façade, les logements sur-occupés sont localisés principalement sur le littoral Morbihannais (5,8 %), contre 3,5 % pour le littoral vendéen.

Chômage, population, jeunes non insérés et sur-occupation des logements dans les communes littorales par façade maritime

Façade Sud Atlantique

Les communes littorales de la façade Sud Atlantique comptent environ 719 400 résidents, dont 7,5 % âgés de 18 à 25 ans. Le taux de pauvreté y oscille entre 11 et 14 %. Le chômage affecte près de 47 500 personnes de 15 à 64 ans, soit un taux de 15,7 %. La façade littorale de la Charente-Maritime est la plus touché par le chômage (17,3 %) et la pauvreté (14 %). En autre, un jeune sur 4 se retrouve sans emploi ou non scolarisé sur cette façade . La Gironde et les Landes sont les départements les plus touchés avec près de 30 % de jeunes y résidant concernés.

24 400 logements sont sur-occupés, soit un taux de 6,8 %. Le taux de sur-occupation maximal concerne les communes littorales de Pyrénées-Atlantiques et de Charente-Maritime (respectivement 8,5 % et 8,3 %).

Façade méditerranéenne

La façade Méditerranée compte 3,3 millions de résidents, dont 284 000 jeunes de 18 à 25 ans. La part des jeunes non insérés est légèrement supérieure à la moyenne du littoral métropolitain (27,1 % contre 26,7 %). L’Aude et les Pyrénées-Orientales sont les départements pour lesquels la part des jeunes non scolarisés ou sans emploi est la plus forte (36 %).

Le nombre de personnes âgés de 15 à 64 ans et au chômage atteint 230 100, ce qui correspond à un taux de chômage de 16,5 %. Le taux de chômage est plus important dans les départements littoraux de la région Occitanie que sur le littoral de la région Provence – Alpes – Côte d’Azur ou en Corse. Il est maximum dans les départements Aude et Pyrénées-Orientales (21,8 %), contre 13,2 % en Corse.

La façade méditerranée, dont la densité de population est la plus élevée des 4 façades maritimes (358 hab./km2), est le territoire littoral de métropole le plus touché par la sur-occupation des logements (14,7 %). Au sein de cette façade, la sur-occupation est plus importante dans les Alpes Maritimes (22,6 %), les Bouches du Rhône (15,1 %) et le Var (12,2 %).

À l’exception du Var, le taux de pauvreté des départements du pourtour méditerranéen est supérieur à la moyenne du littoral en métropole (16,4 %). Il est maximum dans les Bouches-du-Rhône (22,7 %), l’Aude (22,2 %) et la Haute Corse (21,3 %).

Taux de pauvreté, de chômage, de sur-occupation des logements et part des jeunes non insérés en 2016 dans les communes littorales par département

Pour aller plus loin

Emploi et chômage sur le littoral français en 2016 et son évolution depuis 1999
Densité de population des communes littorales en 2016 et évolution depuis 1962
Revenus et pauvreté des ménages en 2016. France métropolitaine

Définitions

Taux de pauvreté : part de la population dont le niveau de vie est inférieur au seuil de 60 % du niveau de vie médian de France métropolitaine. En 2016, la médiane du revenu disponible est de 20 809 €. Les taux de pauvreté sont diffusés sur les zones de plus de 1 000 ménages ou plus de 2 000 personnes dans lesquelles il y a au moins 200 personnes et 11 ménages pauvres, ainsi qu’au moins 200 personnes et 11 ménages au-dessus du seuil de pauvreté. Dans cette étude et pour la France métropolitaine, les données sont diffusées au niveau du département pour l’ensemble des communes littorales.
Sur-occupation des logements : au sens du recensement de la population de l’Insee, rapport du nombre de logements sur-occupés sur le nombre total de résidences principales. Par convention, un logement est considéré comme étant sur-occupé lorsqu’il lui manque au moins une pièce par rapport à la norme d’« occupation normale », fondée sur :

  • une pièce de séjour pour le ménage,
  • une pièce pour chaque personne de référence d’une famille,
  • une pièce pour les personnes hors famille non célibataires ou les célibataires de 19 ans ou plus, et pour les célibataires de moins de 19 ans :
    -* une pièce pour deux enfants s’ils sont de même sexe ou ont moins de 7 ans,
    -* sinon, une pièce par enfant.
    L’indicateur n’est calculé que pour les ménages de deux personnes ou plus.
    Le concept de sur-occupation repose sur la composition du ménage et le nombre de pièces du logement.
    Population au chômage : au sens du recensement de la population, les personnes déclarant être chômeurs à la recherche d’un emploi.
    Population active : au sens du recensement de la population, personnes qui déclarant :
  • exercer une profession, salariée ou non, même à temps partiel ;
  • aider un membre de la famille dans son travail même sans rémunération ;
  • être apprenti, stagiaire rémunéré … ;
  • être militaire du contingent tant que cette situation existait ;
  • être chômeur à la recherche d’un emploi.
    Taux de chômage : au sens du recensement de la population, rapport du nombre de chômeur sur la population active

Informations sur l’indicateur

Territoires retenus : France métropolitaine
Champ géographique : communes littorales prises en compte par la loi « Littoral » et selon le découpage géographique de 2019 (932 communes en métropole)
Source : Insee- Recensement de la population (RP), 2016. Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-Ccmsa, Fichier localisé social et fiscal (FiLoSoFi), 2016. Données en géographie au 1er janvier 2019
Traitements : CGDD/SDES et Insee
Mise à jour : tous les 2 ans
Rédacteur : CGDD/SDES