Aires protégées : classement de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)

Fiches thématiques

Afin de standardiser la notion d’aires protégées et aboutir à un langage commun à l’échelle internationale, l’UICN a définit l’aire protégée comme «  un espace géographique clairement défini, reconnu, consacré et géré, par tout moyen efficace, juridique ou autre, afin d’assurer à long terme la conservation de la nature ainsi que les services écosystémiques et les valeurs culturelles qui lui sont associées  » (Conférence d’Almeria, 2007) en la catégorisant dès 1994.

Cette classification en 6 catégories (I à VI) permet de caractériser la gradation des interventions humaines dans la gestion des milieux naturels allant de la catégorie où les exigences de conservation sont les plus élevées (I) vers la catégorie où les exigences sont les plus faibles (VI). Cette classification sert de nombreux objectifs (facilité la planification des aires protégées, encourager les gouvernements à développer un éventail d’objectifs de gestion adaptés aux conditions nationales et locales, faciliter les comparaisons entre pays, réglementer les activités).

Objectifs visés selon la catégorie


Objectifs visés selon la catégorie
Catégorie UICN Objectifs visés
I Recherche scientifique
II Protection d’écosystèmes et récréation
III Préservation d’éléments naturels et spécifiques
IV Conservation avec intervention au niveau de la gestion
V Conservation de paysages terrestres ou marins et récréation
VI Utilisation durable d’écosystèmes naturels

En France métropolitaine, seuls deux dispositifs de protections font l’objet du classement le plus élevé (Ia) : il s’agit des réserves intégrales de parc national (l’île de Baugaud au sein du parc natioan de Port-Cros et le Lauvitel au sein du parc national des Ecrins) et d’une partie des réserves biologiques. La réserve intégrale du parc national des Forêts ne fait pas pour le moment l’objet de classement UICN.

À l’exception du Parc national des Cévennes, l’ensemble des parcs nationaux bénéficient du classement de protection d’écosystèmes et récréation.

Il est à noter que les protections plus locales (parcs naturels régionaux, parc naturel marin et espaces naturels sensibles) font parties des catégories III à V.