La collecte des déchets

Fiches thématiques

L’enquête « Collecte des déchets par le service public en France », conduite tous les deux ans par l’ADEME depuis 2005, offre un panorama complet de la collecte de déchets ménagers et assimilés en France. Depuis 12 ans, on assiste à une diminution de la collecte des ordures en mélange au profit des collectes sélective et en déchèterie dont la part est passée de 43% à 56%. En 20 ans, le parc de déchèteries a été multiplié par 3 pour faire face à la forte hausse des tonnages collectés. En 2016 8,1 millions de tonnes de déchets étaient collectés de manière séparée dans le cadre des filières à responsabilité élargie du producteur (REP).

Les modes de collecte des déchets ménagers et assimiles

En 2017, les quantités de déchets collectés par les municipalités atteignent 38,8 millions de tonnes (Mt), déblais et gravats inclus, soit une hausse de 920 000 tonnes par rapport à 2015. Les collectes sélective et en déchèterie représentent 56 % du total en 2017 contre 38 % en 2000. Elles regroupent les apports en déchèteries et la collecte en porte à porte ou en apport volontaire des emballages, du verre, des journaux-magazines, des encombrants et des déchets verts.

La collecte des ordures en mélange passe de 20,1 Mt en 2007 à 17,04 Mt en 2017. Cette dernière décroit tendanciellement depuis 10 ans, contrepartie de la crise économique, mais également, de la tendance de fond concernant la croissance des collectes sélective et en déchèteries. En effet, celles-ci s’élèvent au total en 2017 à 21,8 Mt , soit une hausse de 24% depuis 2007, portée principalement par la collecte en déchèterie (+34%).

Les quantités de déchets verts collectés (collecte sélective et déchèterie) ont augmenté de 28% sur la même période, pour atteindre 5,5 Mt en 2017. La collecte sélective des emballages (hors déchèteries) y compris les journaux et magazines, via les centres de tri, représente à peu près le même tonnage (5,4 Mt).
La montée en puissance, depuis les années 2000, de nouvelles filières structurées, dites de responsabilité élargie du producteur (pneus, véhicules hors d’usage, huiles usées, déchets d’équipements électriques et électroniques…), a permis d’accroitre la collecte pour des déchets nécessitant des traitements spécifiques (voir les filières à responsabilité élargie du producteur).

Évolution des déchets collectés par les municipalités
Évolution des déchets collectés par les municipalités

Note : les déchets ménagers et assimilés comprennent les déchets des ménages et ceux des artisans et commerçants, collectés en même temps ; les ordures en mélange ou "ordures ménagères résiduelles" correspondent au contenu de la poubelle ordinaire ; la collecte sélective comprend le verre, les emballages, les journaux-magazines, les encombrants et les déchets verts hors déchèterie.

Champ : France métropolitaine et DOM

Source : Ademe, SDES

La collecte de déchets ménagers et assimiles en déchèterie

En 2017, on dénombrait 4 614 déchèteries en France, soit une augmentation de plus de 60% par rapport à 2001. Elles reçoivent 14,5 Mt de déchets ménagers et assimilés (soit +114% par rapport à 2001), principalement des déchets verts, des déblais et gravats, des encombrants (meubles, électroménagers…) et des matériaux recyclables (emballages, bois…).

Évolution de l’activité des déchèteries en France

Évolution de l'activité de déchèteries en France
1996 2001 2005 2007 2009 2011 2013 2015 2017
Nombre 1 438 2 856 4 007 4 390 4 567 4 553 4 657 4 643 4 614
Quantités collectées (en milliers de tonnes) 3 793 6 774 9 380 10 802 11 812 12 682 13 031 13 526 14 509

Source : Ademe, enquêtes Collecte et déchèteries

Nature des matériaux collectés en déchèteries en 2017

Note : autres déchets : amiante, médicaments hors d’usage….

Source : Ademe, enquêtes Collecte et déchèteries 2017