Le suivi des offres et demandes d’emploi

Fiches thématiques

En 2018, l’économie verte concerne 15,8% des offres d’emploi déposées par les employeurs auprès de Pôle emploi et 14,6% des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi, en catégories A, B ou C. Les métiers de l’économie verte liés au bâtiment, particulièrement au domaine de la construction-rénovation, et aux transports, notamment dans le domaine de la conduite, sont les plus recherchés, à la fois par les employeurs mais aussi par les demandeurs d’emploi.

Les demandeurs d’emploi à la recherche des métiers de l’économie verte sont essentiellement des hommes (85%), près d’un sur deux dispose d’un niveau de formation égal au BEP/CAP. Les offres d’emploi déposées sur ces métiers sont surtout des contrats à durée indéterminée (42%), 26% sont des CDD et plus d’une offre sur quatre correspond à une mission d’intérim.

Les métiers verts se distinguent par des demandeurs d’emploi légèrement plus « âgés », avec à la fois une présence moindre des personnes de moins de 30 ans et un nombre plus élevé de plus de 50 ans, une surreprésentation de personnes n’ayant pas ou peu de diplôme (CEP, brevet des collèges, niveau 3e) et de chômeurs de très longue durée (24 mois ou plus). Les offres d’emploi concernant les métiers verts paraissent a priori plus précaires que celles relatives aux autres métiers : 56% sont des CDD dont 20% correspondent à des contrats d’insertion, 30% des contrats proposés sont à temps partiel.

Les caractéristiques des demandeurs d’emploi

En 2018, les demandeurs d’emploi sont, en moyenne, 865 400 à être inscrits à Pôle Emploi en catégorie A, B ou C et à rechercher un métier de l’économie verte ; ils représentent 14,6% de l’ensemble des demandeurs d’emploi. Parmi eux, environ 41 200 recherchent un métier vert, à finalité environnementale, et 824 200 un métier potentiellement verdissant, dont le contenu a évolué ou nécessite d’évoluer pour intégrer les enjeux environnementaux.

Les métiers du bâtiment et des transports sont les plus recherchés

En 2018, près des deux tiers des demandeurs d’emploi positionnés sur un métier de l’économie verte recherchent un emploi dans le bâtiment (40%), notamment dans la construction-rénovation, ou dans les transports (23%), les métiers de la conduite étant les plus demandés (94%). Ils sont par ailleurs 12% à rechercher un métier lié à l’entretien et la protection des espaces verts et naturels (88% des offres de cette catégorie concernent d’ailleurs les métiers de l’entretien des espaces verts).

Répartition par catégorie des demandeurs d’emploi positionnés en 2018 sur les métiers de l’économie verte
Répartition par catégorie des demandeurs d'emploi positionnés en 2018 sur les métiers de l'économie verte
Télécharger le fichier de données (Document Excel 60 ko) Afficher la version texte

Répartition par catégorie des demandeurs d’emploi positionnés en 2018 sur les métiers de l’économie verte

Note de lecture : entre parenthèses figure le métier le plus recherché par les demandeurs d’emploi dans chaque catégorie.

Note : demandeurs d’emploi en fin de mois (DEFM), catégories A, B ou C. Le nombre de DEFM est comptabilisé en moyenne annuelle d’emploi en fin de mois des 13 mois compris entre décembre de l’année n-1 et décembre de l’année n.

Champ : France entière (hors Mayotte), données brutes

Source : Dares – Pôle emploi, données marché du travail

Traitement : SDES, 2019

Les demandeurs d’emploi de l’économie verte : essentiellement des hommes, peu « qualifiés »

Sur l’ensemble des demandeurs d’emploi, on observe autant de femmes que d’hommes. Les métiers de l’économie verte étant des métiers plus « masculins », les hommes représentent 85% des demandeurs d’emploi recherchant ce type de métier.

Quel que soit la catégorie de métier recherché (vert/verdissant/tous métiers confondus), la répartition par tranche d’âge est quasiment équivalente, hormis pour les demandeurs d’emploi positionnés sur un métier vert qui sont globalement un peu plus âgés : 31 % ont 50 ans ou plus (contre 26% pour l’ensemble des métiers de l’économie verte) ; ils sont 24 % à avoir moins de 30 ans (contre 26%).

Près de la moitié des demandeurs d’emploi recherchant un métier de l’économie verte disposent d’un niveau de formation égal au BEP/CAP (45%) contre 35 % pour l’ensemble. Les métiers verts se distinguent par une forte proportion de demandeurs d’emploi n’ayant pas ou peu de diplôme (CEP, brevet des collèges, niveau 3e) : 32% contre 15% parmi l’ensemble des demandeurs d’emploi. Cette catégorie est notamment surreprésentée parmi les demandeurs d’emploi à la recherche de métiers liés aux déchets, au nettoyage des espaces urbains et à l’entretien des espaces naturels.

Répartition par niveau de formation des demandeurs d’emploi positionnés sur les métiers de l’économie verte en 2018
Télécharger le fichier de données (Document Excel 43.5 ko) Afficher la version texte

Répartition par niveau de formation des demandeurs d’emploi positionnés sur les métiers de l’économie verte en 2018

Note : demandeurs d’emploi en fin de mois (DEFM), catégories A, B ou C. Le nombre de DEFM est comptabilisé en moyenne annuelle d’emploi en fin de mois des 13 mois compris entre décembre de l’année n-1 et décembre de l’année n.

Champ : France entière (hors Mayotte), données brutes

Source : Dares - Pôle emploi, données marché du travail

Traitement : SDES, 2019

La forte proportion de personnes peu « qualifiées » parmi les demandeurs d’emploi positionnés sur les métiers verts peut partiellement expliquer le fait que les chômeurs de très longue durée (24 mois ou plus) soient plus nombreux dans cette catégorie de métiers (30% contre 26% pour l’ensemble des métiers). Plus globalement, les demandeurs d’emploi des métiers de l’économie verte sont majoritairement inscrits à Pôle emploi depuis 11 mois ou moins (55%) ; 21% sont considérés comme des chômeurs de longue durée (de 12 à 23 mois), 24% sont au chômage depuis au moins deux ans.

Répartition des demandeurs d’emploi positionnés sur les métiers de l’économie verte en 2018 selon leur ancienneté dans le chômage
Répartition des demandeurs d'emploi positionnés sur les métiers de l'économie verte en 2018 selon leur ancienneté dans le chômage
Télécharger le fichier de données (Document Excel 40.5 ko) Afficher la version texte

Répartition des demandeurs d’emploi positionnés sur les métiers de l’économie verte en 2018 selon leur ancienneté dans le chômage

Note : demandeurs d’emploi en fin de mois (DEFM), catégories A, B ou C. Le nombre de DEFM est comptabilisé en moyenne annuelle d’emploi en fin de mois des 13 mois compris entre décembre de l’année n-1 et décembre de l’année n.

Champ : France entière (hors Mayotte), données brutes

Source : Dares – Pôle emploi, données marché du travail

Traitement : SDES, 2019

Les caractéristiques des offres d’emploi

En 2018, les employeurs ont déposé près de 533 100 offres d’emploi auprès de Pôle emploi sur les métiers verts (plus de 26 4100) ou verdissants (près de 507 000), représentant 15,8% de l’ensemble des offres déposées.

Les métiers du bâtiment et des transports sont les plus recherchés par les employeurs

En 2018, près de 70 % des offres d’emploi déposées par les employeurs cette même année à Pôle emploi concerne les métiers liés au bâtiment (45%), en particulier les métiers de la construction-rénovation, ou aux transports (24%), les métiers de la conduite représentant la quasi-totalité des offres. Le domaine de l’industrie constitue 13 % des offres, largement représenté par les métiers de la mécanique automobile.

Répartition par catégorie des offres d’emploi déposées en 2018 sur les métiers de l’économie verte
Répartition par catégorie des offres d'emploi déposées en 2018 sur les métiers de l'économie verte
Télécharger le fichier de données (Document Excel 59 ko) Afficher la version texte

Répartition par catégorie des offres d’emploi déposées en 2018 sur les métiers de l’économie verte

Note de lecture : entre parenthèses figure le métier le plus recherché par les employeurs dans chaque catégorie.
Note : le nombre d’offres d’emploi collectées est le cumul sur 12 mois des offres d’emploi collectées mensuellement.

Champ : France entière (hors Mayotte), données brutes

Source : Dares – Pôle emploi, données marché du travail

Traitement : SDES, 2019

Les offres d’emploi sur les métiers verts, à priori plus précaires que pour les autres métiers

Comme pour l’ensemble des métiers (45%), les offres d’emploi déposées par les employeurs en 2018 auprès de Pôle emploi sur les métiers de l’économie verte sont majoritairement des contrats à durée indéterminée (42%).

Les contrats à durée déterminée représentent en revanche une part importante parmi les offres d’emploi portant sur les métiers verts (56%), un cinquième de ces CDD correspondant à des contrats à durée déterminée d’insertion. Ce type de contrat est destiné aux personnes au chômage et rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières, recrutées par une entreprise d’insertion, une association intermédiaire ou un atelier et chantier d’insertion. Les métiers verts de l’entretien des espaces naturels, des déchets et du nettoyage des espaces urbains sont principalement concernés par ce type de contrat. Le nombre de CDI offerts est ainsi moins important pour les métiers verts (28%) que pour l’ensemble des métiers de l’économie verte (42%). Les contrats intérimaires sont par ailleurs plus répandus au sein des offres d’emploi portant sur les métiers verdissants (30% contre 18% pour l’ensemble des métiers), en particulier sur les métiers du bâtiment.

Répartition des offres d’emploi déposées sur les métiers de l’économie verte en 2018 selon le type de contrat
Répartition des offres d'emploi déposées sur les métiers de l'économie verte en 2018 selon le type de contrat
Télécharger le fichier de données (Document Excel 46 ko) Afficher la version texte

Répartition des offres d’emploi déposées sur les métiers de l’économie verte en 2018 selon le type de contrat

Note : le nombre d’offres d’emploi collectées est le cumul sur 12 mois des offres d’emploi collectées mensuellement. Les contrats à durée déterminée d’insertion, les contrats d’usage et contrats de travail temporaire d’insertion ont été ajoutés aux statistiques du marché du travail en octobre 2014.

Champ : France entière (hors Mayotte), données brutes

Source : Dares – Pôle emploi, données marché du travail

Traitement : SDES, 2019

Sur l’ensemble des métiers, les employés qualifiés (38%) ou non qualifiés (23%) correspondent aux niveaux de qualification les plus recherchés dans les offres d’emploi. Sur le champ de l’économie verte, le constat est différent : les employés non qualifiés (26%) et les manœuvres (20%) sont les qualifications les plus demandées par les employeurs déposant des offres d’emploi sur les métiers verts, notamment sur les métiers liés aux déchets, au nettoyage des espaces urbains et à l’entretien des espaces naturels ; les employés (24%) et les ouvriers qualifiés (31%) sont, quant à eux, caractéristiques des offres sur les métiers verdissants. Les ouvriers qualifiés sont très recherchés parmi les offres d’emploi portant sur les métiers du bâtiment, de la mécanique automobile et de la conduite ; les employés qualifiés sont, quant à eux, plus fréquemment recherchés parmi les métiers du tourisme-animation et de la conduite dans le domaine des transports.

Répartition des offres d’emploi déposées sur les métiers de l’économie verte en 2018 selon la qualification recherchée
Répartition des offres d'emploi déposées sur les métiers de l'économie verte en 2018 selon la qualification recherchée
Télécharger le fichier de données (Document Excel 48.5 ko) Afficher la version texte

Répartition des offres d’emploi déposées sur les métiers de l’économie verte en 2018 selon la qualification recherchée

Note : le nombre d’offres d’emploi collectées est le cumul sur 12 mois des offres d’emploi collectées mensuellement.

Champ : France entière (hors Mayotte). Données brutes

Source : Dares – Pôle emploi, données marché du travail

Traitement : SDES, 2019

Le temps plein est majoritaire dans les offres d’emploi, que ce soit sur l’ensemble des métiers (78%) que sur les métiers de l’économie verte (90%). Les métiers verts se distinguent néanmoins par un nombre plus important de contrats proposés à temps partiel : 30% des offres sont concernées contre 8% pour les métiers verdissants et 17% tous métiers confondus.

Méthodologie

Le périmètre des métiers de l’économie verte
Selon les travaux de l’Observatoire national des emplois et métiers de l’économie verte (Onemev), le périmètre des métiers de l’économie verte est constitué de deux ensembles :

  • les métiers verts : « métiers dont la finalité et/ou les compétences mises en œuvre contribuent à mesurer, prévenir, maîtriser, corriger les impacts négatifs et les dommages sur l’environnement ». Les métiers verts regroupent des métiers liés à l’entretien des espaces naturels, à la protection du patrimoine naturel, à l’hygiène-sécurité-environnement, à l’assainissement, aux déchets, au nettoyage des espaces urbains.
  • les métiers verdissants : « métiers dont la finalité n’est pas environnementale, mais qui intègrent de nouvelles ‘briques de compétence’ pour prendre en compte de façon significative et quantifiable la dimension environnementale dans le geste métier ». Les métiers verdissants relèvent de domaines aussi variés que le bâtiment, les transports, l’industrie, la recherche, le tourisme et l’animation, l’entretien des espaces verts, l’agriculture-sylviculture, les achats, etc. Ce « verdissement » s’exerce néanmoins à des degrés divers, au sein d’une même profession mais également entre métiers. On parlera alors de métiers potentiellement verdissants.

Sur la base de ces définitions, l’Onemev a d’abord identifié ces métiers, à dire d’experts, à l’aide du répertoire opérationnel des métiers et des emplois (Rome) géré par Pôle emploi : 10 codes Rome verts et 52 verdissants définissent les métiers de l’économie verte.

Télécharger la liste de métiers verts et verdissants par catégorie
Le chiffrage des offres et demandes d’emploi
Les offres d’emploi considérées sont celles déposées par les employeurs auprès de Pôle emploi. Les offres comptabilisées ici correspondent à la somme des offres enregistrées sur les 12 mois de l’année de référence.

Les demandeurs d’emploi en fin de mois (DEFM) correspondent aux personnes inscrites sur les listes de Pôle emploi en fin de mois. Pour l’analyse, le nombre de DEFM est comptabilisé en moyenne annuelle d’emploi en fin de mois des 13 mois compris entre décembre de l’année n-1 et décembre de l’année n. Les demandeurs d’emploi sont classés par catégories (A, B, C, D et E). Pour le suivi statistique des demandeurs d’emploi, les catégories A, B et C ont ici été retenues. La catégorie A regroupe les demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, sans emploi. Les catégories B et C représentent les demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite courte pour la catégorie B (i.e. de 78 heures ou moins au cours du mois) ou une activité réduite longue pour la catégorie C (i.e. de plus de 78 heures au cours du mois).

Le calcul des offres d’emploi correspond à une logique de flux ; celui des demandeurs d’emploi à une logique de stock. Ces deux indicateurs ne sont pas directement comparables.

Le Rome, référentiel pour les offres et demandes d’emploi
Le Rome présente l’ensemble des métiers regroupés en 531 fiches, organisées par domaines professionnels (une centaine). Chaque code Rome comprend des appellations de métiers plus détaillés qui correspondent aux intitulés de métiers les plus représentatifs de l’emploi/métier et les plus couramment utilisés par les employeurs et/ou les demandeurs d’emploi (plus de 11 000 appellations sont recensées). Le Rome a un objectif opérationnel permettant aux demandeurs d’emplois de s’inscrire sur le métier qu’ils recherchent et aux entreprises de déposer des offres sur un même référentiel-métier auprès de Pôle emploi.

Les sources de données
Les données relatives aux offres et demandes d’emploi sont issues de la statistique mensuelle du marché du travail (STMT), Dares-Pôle emploi.

Avertissement
Le champ d’analyse des offres d’emploi portant sur les métiers de l’économie verte est restreint aux données de Pôle emploi. Il ne couvre pas de manière uniforme tous les secteurs d’activité, ni tous les niveaux de qualification. D’autres canaux sont également utilisés, et tous les recrutements ne font pas l’objet d’un dépôt d’offre (candidature spontanée, réseau personnel, professionnel…). Ceci peut induire une sous-estimation, plus ou moins importante mais difficile à estimer, du nombre d’offres d’emploi selon les catégories de métiers analysées.

De plus, le nombre d’offres et de demandes pris en compte concerne le code Rome dans sa totalité, sans distinguer la caractéristique des appellations le constituant (vertes, verdissantes ou faiblement impactées).