Les écosystèmes urbains comprennent une mosaïque d’espaces de nature terrestres et/ou aquatiques, au degré de naturalité très variable, qui sont en interaction entre eux, avec le milieu urbanisé ainsi que l’environnement plus global dans lequel s’inscrit la ville. En France métropolitaine, 2,7 millions d’hectares sur les 55 de la métropole sont artificialisés. Les milieux urbanisés regroupent 77 % de la population et continuent de s’étendre. Ils couvrent des réalités variées (périmètre, gouvernance, etc.) et les espaces de nature y prennent des formes très diverses selon leurs tailles et leurs degrés de naturalité ou d’artificialité : bois, milieux humides, potagers, jardins privés, squares, arbres d’alignement, toitures végétalisées, etc.