Le sentier du littoral sur les côtes métropolitaines en 2019

Fiches thématiques

Environ 5 800 km linéaires de sentier du littoral sont ouverts en 2019 sur l’ensemble des côtes françaises (métropole et outre-mer), dont 1 530 km au titre de la servitude de passage des piétons. Près de 1 220 km de nouveaux linéaires de sentier seront ouverts à court terme ou sont à l’étude, ce qui portera à 7 020 km de linéaire total de sentier du littoral à moyen terme

Analyse générale

En métropole, près de 5 350 km de sentier du littoral sont ouverts, dont 1 420 km au titre de la servitude de passage des piétons. 1 200 km seront ouverts à court terme ou sont à l’étude. À moyen terme, cela portera le linéaire de sentier à 6 550 km. De par son linéaire côtier élevé, la Bretagne concentre 2 800 km de sentier du littoral ouvert, ouvert à court terme ou à l’étude, dont une part importante dans le Finistère et le Morbihan. Les régions Normandie, Nouvelle - Aquitaine et Provence – Alpes - Côte d’Azur disposent également de linéaires conséquents (plus de 600 km chacun).

En outre-mer, environ 450 km linéaires de sentier du littoral sont ouverts, dont 105 km au titre de la servitude de passage des piétons. La Guadeloupe concentre 254 km de sentier du littoral ouvert, ouvert à court terme ou à l’étude et la Martinique de près de 120 km.

Récapitulatif du sentier du littoral dans les différents territoires français en 2019
Récapitulatif du sentier ouvert du littoral en 2019

Dans le détail

La décision d’ouverture d’un sentier par les services déconcentrés de l’État intègre plusieurs paramètres :

  • La structure du foncier en bord de mer : propriétaires privés/publics, taille des parcelles ;
  • Le relief ;
  • Les risques d’éboulement des falaises ou des côtes rocheuses basses à moyennes ;
  • La présence de grandes zones humides ;
  • La présence d’importantes zones bâties, dont celles inaccessibles.

En métropole

En 2019, près de 5 350 km de sentier du littoral sont ouverts sur les côtes métropolitaines. Environ la moitié, 2 700 km, concerne des terrains publics hors Conservatoire du littoral et des rivages lacustres. Un peu plus d’un quart empruntent des terrains privés au titre de la servitude de passage des piétons le long du littoral. 8,5 % sont ouverts sur des terrains acquis par le Conservatoire du littoral et des rivages lacustres. La part du sentier littoral assurant la continuité, à savoir des tronçons situés à l’intérieur des terres lorsque le littoral est inaccessible (port, installation militaire, zone fragile, etc) représente 15 % du linéaire de sentier ouvert. Enfin, 10 % de la totalité du linéaire de sentier renseigné est déclaré inaccessible.

Les différents types de tronçons du sentier du littoral en métropole

La répartition du sentier du littoral

La couverture du littoral par le sentier du littoral ouvert, ouvert à court terme ou à l’étude est hétérogène sur les côtes métropolitaines. Avec son linéaire côtier important et découpé, la Bretagne concentre à elle seule près de 2 800 km de sentier. Les régions Normandie, Provence – Alpes - Côte d’Azur et Nouvelle - Aquitaine disposent également chacune de plus de 600 km de sentier, respectivement 880 km, 720 km et 670 km. Malgré son linéaire côtier élevé, la Corse ne dispose que de 160 km de sentier ouvert.

La façade Nord Atlantique - Manche Ouest présente ainsi 3 270 km de sentier ouvert, ouvert à court terme ou à l’étude, le pourtour méditerranéen représente 1 380 km, la façade Manche Est - Mer du Nord possède 1 250 km et le littoral Sud Atlantique présente 670 km.

Répartition du sentier ouvert,ouvert à court terme ou à l’étude par façade

Le linéaire de sentier du littoral ouvert, ouvert à court terme ou à l’étude est conséquent sur les littoraux du Finistère (1 233 km) et du Morbihan (888 km). Il est important sur les littoraux de la Manche (549 km), des Côtes d’Armor (536 km), de la Charente-Maritime (384 km), du Var (329 km), de la Vendée (312 km), des Bouches du Rhône (279 km), du Pas-de-Calais (230 km) et de l’Hérault (219 km).

La majorité des linéaires de sentier traversent des terrains publics hors Conservatoire du littoral.

Les terrains du Conservatoire du littoral représentent une part importante du sentier en Corse et dans le Pas-de-Calais.

Selon le type de côtes, la nature juridique des terrains empruntés par le sentier diffère. Les terrains publics hors Conservatoire du littoral sont importants sur les côtes basses, où les plages permettent le libre passage des piétons. C’est le cas dans l’Hérault, l’Aude, la Gironde, la Loire Atlantique et la Vendée. À l’inverse, les sentiers issus de servitudes de passage sont surreprésentés pour les côtes plus hautes, où le sentier emprunte des terrains privés. C’est le cas dans le Var, en Bretagne, dans la Manche ou en Corse. Sur ces territoires, la part des linéaires ouverts à court terme ou à l’étude est également élevée car il s’agit souvent de projets de sentiers sur des terrains privés au titre de la SPPL (SPPL approuvée avec travaux en cours, SPPL approuvée avec travaux non réalisés, SPPL non approuvée avec enquête publique, etc). À eux seuls, les départements du Finistère et du Morbihan regroupent près d’un tiers des tronçons ouverts à court terme ou à l’étude.

Détail du sentier ouvert, ouvert à court terme ou à l’étude par département

Occupation des sols des espaces traversés par le sentier du littoral en métropole

Les territoires traversés par le sentier du littoral ouvert, ouvert à court terme ou à l’étude sont représentatifs de l’occupation du sol proche du littoral, en comparaison à l’occupation du sol de l’ensemble des territoires des 693 communes littorales concernées pour l’analyse (prise en compte des nouvelles communes au 01/01/2019). Ainsi, en métropole, 23 % des territoires traversés par l’ensemble du sentier du littoral ouvert, ouvert à court terme ou à l’étude sont des territoires artificialisés. Les territoires artificialisés sur l’ensemble des communes littorales de la métropole ne représentent que 15 % de l’occupation du sol. Aux abords du sentier, environ 60 % des territoires sont classés en espaces naturels et en surfaces en eaux et zones humides (cette part est de l’ordre de 40 % sur l’ensemble des communes littorales). Aux abords du sentier, 21 % des territoires sont des terres agricoles. Ces terres agricoles représentent 41 % de l’ensemble de l’occupation du sol des communes littorales.
Voir méthodologie en annexe

Occupation du sol comparée des abords du sentier et des communes traversées

Globalement, le sentier du littoral traverse sur environ 25 % de son linéaire des territoires artificialisés, contre 5 % pour des forêts et 40 % de milieux naturels marins (plage et dunes, marais maritimes et lagunes, zones intertidales et estuaires). L’occupation du sol aux abords du sentier présente par ailleurs de fortes disparités entre les façades.

Ainsi, les façades Méditerranée et Sud Atlantique se caractérisent par une part élevée de sentiers traversant des zones artificialisées (plus de 25 %). À l’inverse, les sentiers présents le long de la façade Manche Est – Mer du nord interagissent fortement avec les prairies et les terres agricoles (33 %). Par rapport à l’ensemble des territoires traversés, les sentiers au sein des forêts sont surreprésentés le long de la façade Sud Atlantique. Enfin, les milieux naturels marins restent très présents sur toutes les façades, entre 30 et 45 %.

Occupation du sol détaillée des abords du sentier par façade maritime

Territoires ultramarins

Les trois quarts des 450 km linéaires de sentier ouvert en Outre-mer traversent des terrains publics dont 30 % sur des terrains du Conservatoire du littoral et des rivages lacustres. La part de sentier traversant des terrains acquis par le Conservatoire du littoral est plus importante qu’en métropole. Un quart du sentier ouvert concerne des terrains privés au titre de la servitude longitudinale au rivage.

Les différents types de tronçons du sentier du littoral en Outre-mer
Détail du sentier ouvert, ouvert à court terme ou à l’étude par territoire en Outre-mer

Dans le détail, le sentier du littoral ouvert, ouvert à court terme ou à l’étude est très important en Guadeloupe avec près de 250 km de linéaire dont un quart traverse des terrains acquis par le Conservatoire du littoral. La Martinique dispose d’environ 120 km de sentier ouvert. Les servitudes y sont très importantes avec plus de trois quarts de sentier qui empruntent des terrains privés. Sa côte ouest ne présente pas de sentier à cause de sa topographie (côte escarpée, succession de mornes, ravines, cours d’eau etc) et d’une route nationale très circulante. Le linéaire de sentier à Saint-Pierre-et-Miquelon est important par rapport à la taille du territoire avec près de 80 km de sentier ouvert dont un quart passe sur des terrains acquis par le Conservatoire du littoral. La Réserve Naturelle Nationale de l’île de Saint-Martin dispose de 4 sentiers du littoral, d’une longueur totale de 10 km, passant tous sur des terrains acquis par le Conservatoire du littoral

Occupation des sols des territoires traversés par le sentier du littoral en Guadeloupe et en Martinique

La typologie des territoires traversés par le sentier du littoral ouvert, ouvert à court terme ou à l’étude diffère de celle observée en métropole. Les territoires artificialisés traversés sont moins présents, 15 % pour la Guadeloupe et 8 % pour la Martinique (environ 25 % en métropole). Les territoires parcourus sont pour 65 % au moins des milieux naturels (légèrement plus qu’en métropole). Environ 25 % des territoires traversés concernent des milieux naturels marins (zones intertidales et lagunes). Le sentier du littoral chemine également davantage en forêt (20 % des territoires traversés en Martinique et 13 % en Guadeloupe contre 5 % en métropole). En Martinique, les mangroves représentent 5 % des territoires traversés, elles sont 3 % en Guadeloupe. Enfin, en Guadeloupe et en Martinique environ 15 % des territoires traversés sont des zones agricoles. En Martinique, la moitié des zones agricoles traversées sont des champs de canne à sucre et des bananeraies.

Occupation du sol détaillée des abords du sentier en Guadeloupe et en Martinique
Tracé du sentier ouvert, ouvert à court terme ou à l’étude en métropole et en Outre-mer

Cliquez sur la carte pour accéder aux données

Source : Sentier du littoral – MTES, 2019 – IGN BD Topo®.

Traitement : Cerema

Informations sur la réalisation de cette fiche

Définition et typologie du sentier du littoral
Aussi appelé le sentier des douaniers, le sentier du littoral permet d’accéder puis de cheminer le long du littoral sur des tronçons de nature juridique divers. Il chemine sur des terrains publics, dont des terrains acquis par le Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres et le domaine public maritime (DPM).
Il chemine sur des propriétés privées au titre de la servitude de passage des piétons le long du littoral (SPPL). Résultant de la loi portant réforme de l’urbanisme du 31 décembre 1976, la SPPL (codifiée aux articles L. 121-31 et R. 121-9 et suivants du code de l’urbanisme) institue un droit de passage strictement piétonnier sur les parcelles privées du bord de mer. Sa mise en œuvre est assurée par les services déconcentrés de L’État, en concertation avec les élus locaux et les propriétaires concernés.
Résultant de la loi d’orientation foncière de décembre 1976, la SPPL institue un droit de passage strictement piétonnier sur les parcelles privées du bord de mer. Sa mise en œuvre est assurée par les services déconcentrés de L’État, en concertation avec les élus locaux et les propriétaires concernés.
Le linéaire du littoral est parfois inaccessible. Certaines portions du littoral ne peuvent pas être ouvertes au public sur les terrains privés lorsque la SPPL est suspendue, mais aussi sur les terrains publics. Ces portions correspondent au linéaire côtier inaccessible en raison de présence d’installations en bord de mer (port maritime, entreprise de construction navale, installation militaire…), de la fragilité des sols, de la faune et/ou de la flore, et de l’évolution prévisible du rivage susceptible d’entraîner un recul des terres émergées.
Lorsque le linéaire du littoral est inaccessible, un linéaire assurant la continuité est parfois mis en place.

Les linéaires de sentiers ouverts à court terme ou à l’étude concernent des linéaires qui n’ont pas encore fait l’objet d’une ouverture au public. Il peut s’agir de projets de sentiers pour assurer la continuité sur des terrains publics ou des projets de sentiers sur des terrains au titre de la SPPL (SPPL approuvée avec travaux en cours de réalisation, SPPL approuvée avec travaux non réalisés, SPPL pas approuvée avec enquête publique réalisée ou en cours, SPPL pas approuvée mais à l’étude).

Collecte des données
Les données concernant le sentier du littoral sont collectées par le Cerema Normandie-Centre pour le compte du Ministère de la Transition écologique et solidaire, auprès des 26 Directions Départementales des Territoires et de la Mer (DDTM) en métropole et des DEAL pour les départements d’outre-mer, pour lesquels l’application du droit des servitudes de passage le long du littoral est plus récente, ayant été institué par un décret de 2010.
Une fois collectées, ces informations sont accessibles sur le site Géolittoral.

Les dates de mises à jour des données diffèrent selon les services gestionnaires qui transmettent les données. Ainsi, les analyses ont été réalisées à partir des données disponibles en 2019.
Pour les territoires d’outre-mer, les données du sentier du littoral sont disponibles pour : Saint Matin, Saint Pierre et Miquelon, Guadeloupe et Martinique. Les données d’occupation du sol sont disponibles pour Guadeloupe et Martinique.

Cette fiche s’attache à répondre à différentes questions : quelle est la longueur actuelle du sentier du littoral ? Quels linéaires sont prévus pour être ouverts à court terme ? Quelle est la tendance de la répartition de la typologie du sentier du littoral ? Quels sont les types de territoires traversés ? Quelles sont les différences entre la métropole et l’Outre-mer ?

Champ géographique
Ensemble des communes où passe le sentier du littoral actuellement ouvert, ouvert à court terme ou à l’étude. Cela concerne 693 communes en métropole (communes nouvelles au 01/01/2019) et 48 communes en Outre-mer (35 communes en Guadeloupe, 1 commune à Saint-Martin, 10 communes en Martinique et 2 communes à Saint-Pierre-et-Miquelon).

Méthodologie
La caractérisation des espaces traversés par le sentier ouvert, ouvert à court terme ou à l’étude, a été étudiée sur une bande de 125 m de part et d’autre du sentier soit une bande de 250 m de large qui découpe l’occupation des sols traversée (Territoires artificialisés, terres agricoles, forêts, etc). Cela permet d’examiner les abords immédiats du sentier.
La caractérisation des espaces traversés par le sentier été examinée par rapport à l’ensemble de l’occupation des sols des communes littorales.

Auteurs  : Cerema Normandie-Centre et Service des données et des études statistiques (SDES)

Date de rédaction
Décembre 2019