Le patrimoine géologique de la France

Fiches thématiques

Le patrimoine géologique français est particulièrement riche et divers. Des réserves naturelles sont créées spécifiquement dès 2001, pour protéger le patrimoine géologique remarquable et évaluer sa dimension patrimoniale selon son intérêt scientifique, pédagogique, historique, sa rareté et son état de conservation. Chaque réserve doit faire l’inventaire de son patrimoine géologique et l’intégrer à toutes les approches du plan de gestion qui fixe les enjeux et stratégies de la politique de conservation sur son territoire.

La préservation du patrimoine géologique

En octobre 2015, la France compte ainsi 20 réserves naturelles créées spécifiquement sur le fondement scientifique d’un patrimoine géologique à préserver. Il existe en outre 52 réserves créées pour protéger des espèces et des milieux rares et permettant de surcroit de conserver le patrimoine géologique. Au total, 72 réserves naturelles permettent de conserver un patrimoine géologique, dont 57 nationales et de Corse et 15 régionales. Elles représentent un peu moins d’un quart de l’ensemble des réserves naturelles de France.

Les réserves naturelles conservant un patrimoine géologique

Afficher la version texte

Les réserves naturelles conservant un patrimoine géologique

Source : © MNHN/SPN ; RNF ; Meem/DREAL, octobre 2015 ; Meem/DEAL Guadeloupe, 2012 ; Meem/DEAL Guyane, 2010 ; Meem/DEAL Guadeloupe, 2010

Traitements : SOeS, 2016

Les réserves naturelles conservant un patrimoine géologique

Les réserves naturelles conservant un patrimoine géologique
Télécharger le fichier de données (Document Excel 12 ko) Afficher la version texte

Les réserves naturelles conservant un patrimoine géologique

Source : © MNHN/SPN ; RNF ; Meem/DREAL, octobre 2015 ; Meem/DEAL Guadeloupe, 2012 ; Meem/DEAL Guyane, 2010 ; Meem/DEAL Guadeloupe, 2010

Traitements : SOeS, 2016

Les objets géologiques remarquables

Parmi les objets géologiques remarquables (affleurements, roches, minéraux, fossiles, formations ou structures) que ces réserves naturelles visent à protéger, les plus nombreux sont les formations sédimentaires et les stratotypes, affleurements-types de roches sédimentaires fossilifères utilisés comme référence internationale. Par exemple, la Réserve naturelle nationale d’Hettange-Grande (Moselle), assure la conservation du stratotype de l’Hettangien (étage du Jurassique inférieur entre -205 et -201 Ma) particulièrement riche en fossiles marins (gastéropodes, bivalves) accumulés dans des grès.

Les réserves naturelles protègent également des gisements paléontologiques, tels les récifs d’éponges fossiles formés dans une mer peu profonde sous climat tropical il y a 165 Ma, conservés dans les roches marneuses et calcaires de la falaise du Cap Romain (Calvados). D’autres protègent des gisements minéralogiques, comme La grotte TM 71 (Aude), qui abrite des concrétions remarquables (aragonites bleues, stalagmites blanches, etc.) dans son réseau karstique. Enfin, des actions conservatoires assurent la protection de roches remarquables : texture, structure ou minéralogie caractéristiques car issues du métamorphisme et de la tectonique. C’est le cas pour les schistes bleus de la réserve naturelle nationale Françoise le Bail à l’île de Groix.