La pollution de l’air par l’ozone (O3)

Fiches thématiques

Les concentrations moyennes estivales en O3 sont stables sur la période 2000-2019 mais les dépassements des seuils réglementaires de qualité de l’air fixés pour la protection de la santé à long terme et pour la protection de la végétation sont moins fréquents. La baisse des émissions des polluants précurseurs d’O3 expliquent en grande partie cette tendance. En 2019, les dépassements de ces deux seuils concernent les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Grand Est, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Par ailleurs, deux épisodes de pollution d’ampleur nationale touchent la France métropolitaine durant l’été 2019.

L’évolution des concentrations d’ozone (O3)

L’O3 se forme à partir d’autres polluants émis par les activités humaines ainsi que par la végétation combinés à l’activité solaire. La production d’O3 est d’intensité nettement plus importante en période estivale qu’en période hivernale. La météorologie, très variable en latitude, engendre des différences plus ou moins marquées selon la saison entre le Nord et le Sud. Le quart sud-est de la France métropolitaine est touchée par les concentrations les plus élevées en O3. Les écarts en moyennes annuelles entre le sud-est et les autres régions sont d’environ une vingtaine de µg/m3.

Sur la période 2000-2019, les dépassements des seuils réglementaires de qualité de l’air pour la protection de la santé à long terme et pour la protection de la végétation sont moins fréquents, malgré une nouvelle augmentation depuis 2018 pour le seuil de protection de la santé. Le pourcentage de stations de mesure qui ne respectent pas le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme atteint 26 % pour la période 2017-2019 et 22 % pour le seuil réglementaire fixé pour la protection de la végétation pour la période 2015-2019. Ces tendances s’expliquent en grande partie par la baisse des émissions des précurseurs de ce polluant.

Évolution du pourcentage de stations ne respectant pas le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme en O3 en fond urbain
Évolution du pourcentage de stations ne respectant pas le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme en O3 en fond urbain
Afficher la version texte

Évolution du pourcentage de stations ne respectant pas le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme en O3 en fond urbain

Télécharger les données

Évolution du pourcentage de stations ne respectant pas le seuil réglementaire en O3 pour la protection de la végétation en fond rural
Évolution du pourcentage de stations ne respectant pas le seuil réglementaire en O3 pour la protection de la végétation en fond rural
Afficher la version texte

Évolution du pourcentage de stations ne respectant pas le seuil réglementaire en O3 pour la protection de la végétation en fond rural

Télécharger les données

Situation des concentrations d’O3 au regard de la réglementation pour la protection de la santé à long terme

Le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme pour l’O3 ne doit pas être dépassé plus de 25 jours en moyenne sur trois ans. Les régions du sud et de l’est de la France sont en moyenne les plus affectées par des concentrations élevées en O3. Il n’en demeure pas moins que toutes les régions françaises sont susceptibles d’être ponctuellement concernées.

Nombre de jours où le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme en O3 est dépassé, en moyenne sur 2017-2019

En moyenne sur la période 2017-2019, le nombre de régions ne respectant pas ce seuil réglementaire concerne une partie importante de la métropole comprenant Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est.

Nombre de jours où le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme en O3 est dépassé, en moyenne sur 2017-2019
Nombre de jours où le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme en O3 est dépassé, en moyenne sur 2017-2019
Nombre de jours où le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme en O<sub>3</sub> est dépassé en moyenne sur 2017-2019
Afficher la version texte

Nombre de jours où le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme en O3 est dépassé en moyenne sur 2017-2019

Notes : seuil : 120 µg/m3 en maximum journalier de la moyenne sur 8 heures à ne pas dépasser plus de 25 jours par an (en moyenne sur 3 ans) ; ces cartes moyennes, par définition, lissent les pointes de pollution au cours desquelles des dépassements du seuil d’information peuvent être enregistrés.

Source : PREV'AIR

Nombre de jours où le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme en O3 est dépassé en moyenne sur 2016-2018

En moyenne sur la période 2016-2018, le seuil réglementaire fixé pour la protection de la santé à long terme n’est pas respecté dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Bourgogne-Franche-Comté et Grand-Est.

Nombre de jours où le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme en O3 est dépassé en moyenne sur 2016-2018
Nombre de jours où le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme en O3 est dépassé en moyenne sur 2016-2018
Nombre de jours où le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme en O<sub>3</sub> est dépassé en moyenne sur 2016-2018
Afficher la version texte

Nombre de jours où le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme en O3 est dépassé en moyenne sur 2016-2018

Notes : seuil : 120 µg/m3 en maximum journalier de la moyenne sur 8 heures à ne pas dépasser plus de 25 jours par an (en moyenne sur 3 ans) ; ces cartes moyennes, par définition, lissent les pointes de pollution au cours desquelles des dépassements du seuil d’information peuvent être enregistrés.

Source : PREV’AIR

Nombre de jours où le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme en O3 est dépassé en moyenne sur 2015-2017

Sur la période 2015-2017, le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme n’est pas respecté dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Grand Est, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Nombre de jours où le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme en O3 est dépassé en moyenne sur 2015-2017
Afficher la version texte

Nombre de jours où le seuil pour la protection de la santé à long terme en O3 est dépassé en moyenne sur 2015-2017

Note : seuil : 120 µg/m3 en maximum journalier de la moyenne sur 8 heures à ne pas dépasser plus de 25 jours par an (en moyenne sur 3 ans) ; Ces cartes moyennes, par définition, lissent les pointes de pollution au cours desquelles des dépassements du seuil d’information peuvent être enregistrés.

Source : PREV’AIR

Nombre de jours où le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme en O3 est dépassé en moyenne sur 2014-2016

Sur la période 2014-2016, le seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme n’est pas respecté sur les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Grand-Est, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Nombre de jours où le seuil réglementaire fixé pour la protection de la santé à long terme en O3 est dépassé en moyenne sur 2014-2016
Nombre de jours où le seuil réglementaire fixé pour la protection de la santé à long terme en O<sub>3</sub> est dépassé en moyenne sur 2014-2016
Afficher la version texte

Nombre de jours où le seuil réglementaire fixé pour la protection de la santé à long terme en O3 est dépassé en moyenne sur 2014-2016

Note : seuil : 120 µg/m3 en maximum journalier de la moyenne sur 8 heures à ne pas dépasser plus de 25 jours par an (en moyenne sur 3 ans) ; Ces cartes moyennes, par définition, lissent les pointes de pollution au cours desquelles des dépassements du seuil d’information peuvent être enregistrés.

Source : PREV’AIR

Nombre de jours où le seuil réglementaire en O3 est dépassé en moyenne sur 2013-2015

Sur la période 2013-2015, le seuil réglementaire fixé pour la protection de la santé à long terme n’est pas respecté sur une large partie de l’est du pays qui recoupe les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Corse, Grand Est, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Nombre de jours où le seuil réglementaire fixé pour la protection de la santé à long terme pour l’O3 est dépassé, en moyenne sur 2013-2015
Nombre de jours où le seuil réglementaire en O<sub>3</sub> est dépassé en moyenne sur 2013-2015
Afficher la version texte

Nombre de jours où le seuil réglementaire en O3 est dépassé en moyenne sur 2013-2015

Note de lecture : ces cartes moyennes, par définition, lissent les pointes de pollution au cours desquelles des dépassements du seuil d’information peuvent être enregistrés.
Note : seuil : 120 µg/m3 en maximum journalier de la moyenne sur 8 heures à ne pas dépasser plus de 25 jours par an (en moyenne sur 3 ans).

Source : PREV’AIR

Pour la végétation, la réglementation fixe un seuil en moyenne sur cinq ans.

Indicateur d’exposition de la végétation à l’O3 en moyenne sur 2015-2019

En moyenne sur 2015-2019, les régions suivantes n’ont pas respecté ce seuil réglementaire : Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est.

Indicateur d’exposition de la végétation à l’O3 en moyenne sur 2015-2019
Indicateur d'exposition de la végétation à l'O<sub>3</sub> en moyenne sur 2015-2019
Afficher la version texte

Indicateur d’exposition de la végétation à l’O3 en moyenne sur 2015-2019

Notes : seuil : 18 000 (µg/m3).h en AOT40 (défini dans la fiche des valeurs réglementaires relatives à l’O3), calculé à partir des valeurs sur une heure de mai à juillet, entre 8h00 et 20h00 (en moyenne sur 5 ans) ; ces cartes moyennes, par définition, lissent les pointes de pollution au cours desquelles des dépassements du seuil d’information peuvent être enregistrés.

Source : PREV'AIR

Indicateur d’exposition de la végétation à l’O3 en moyenne sur 2014-2018

En moyenne sur 2014-2018, les régions suivantes n’ont pas respecté ce seuil réglementaire : Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est.

Indicateur d’exposition de la végétation à l’O3 en moyenne sur 2014-2018
Indicateur d'exposition de la végétation à l'O<sub>3</sub> en moyenne sur 2014-2018
Afficher la version texte

Indicateur d’exposition de la végétation à l’O3 en moyenne sur 2014-2018

Notes : seuil : 18 000 (µg/m3).h en AOT40 (défini dans la fiche des valeurs réglementaires relatives à l’O3), calculée à partir des valeurs sur une heure de mai à juillet, entre 8h00 et 20h00 (en moyenne sur 5 ans) ; ces cartes moyennes, par définition, lissent les pointes de pollution au cours desquelles des dépassements du seuil d’information peuvent être enregistrés.

Source : PREV’AIR

Indicateur d’exposition de la végétation à l’O3 en moyenne sur 2013-2017

Sur la période 2013-2017, les zones concernées par un dépassement se trouvent dans les régions Auvergne - Rhône-Alpes, Occitanie, Provence - Alpes - Côte-d’Azur et la Corse.

Indicateur d’exposition de la végétation à l’O3 en moyenne sur 2013-2017
Indicateur d'exposition de la végétation à l'O<sub>3</sub> en moyenne sur 2013-2017
Afficher la version texte

Indicateur d’exposition de la végétation à l’O3 en moyenne sur 2013-2017

Note : seuil : 18 000 (µg/m3).h en AOT40 (défini dans la fiche des valeurs réglementaires relatives à l’O3), calculée à partir des valeurs sur une heure de mai à juillet, entre 8h00 et 20h00 (en moyenne sur 5 ans) ; ces cartes moyennes, par définition, lissent les pointes de pollution au cours desquelles des dépassements du seuil d’information peuvent être enregistrés.

Source : PREV’AIR

Indicateur d’exposition de la végétation à l’O3 en moyenne sur 2012-2016

Sur la période 2012-2016, les zones concernées par un dépassement se trouvent dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie et Provence - Alpes - Côte-d’Azur.

Indicateur d’exposition de la végétation à l’O3 en moyenne sur 2012-2016
Indicateur d'exposition de la végétation à l'O<sub>3</sub> en moyenne sur 2012-2016
Afficher la version texte

Indicateur d’exposition de la végétation à l’O3 en moyenne sur 2012-2016

Note : seuil : 18 000 (µg/m3).h en AOT40 (défini dans la fiche des valeurs réglementaires relatives à l’O3), calculée à partir des valeurs sur une heure de mai à juillet, entre 8h00 et 20h00 (en moyenne sur 5 ans) ; ces cartes moyennes, par définition, lissent les pointes de pollution au cours desquelles des dépassements du seuil d’information peuvent être enregistrés.

Source : PREV’AIR

Indicateur d’exposition de la végétation à l’O3 en moyenne sur 2011-2015

Sur la période 2011-2015, les zones concernées par un dépassement se trouvent dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Corse, Grand Est, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Indicateur d’exposition de la végétation à l’O3 en moyenne sur 2011-2015
Indicateur d'exposition de la végétation à l'O<sub>3</sub> en moyenne sur 2011-2015
Afficher la version texte

Indicateur d’exposition de la végétation à l’O3 en moyenne sur 2011-2015

Note de lecture : ces cartes moyennes, par définition, lissent les pointes de pollution au cours desquelles des dépassements du seuil d’information peuvent être enregistrés.

Note : seuil : 18 000 (µg/m3).h en AOT40 (défini dans la fiche des valeurs réglementaires relatives à l’O3), calculé à partir des valeurs sur une heure de mai à juillet, entre 8h00 et 20h00 (en moyenne sur 5 ans).

Source : PREV’AIR

Les épisodes de pollution en O3 en France

Les épisodes de pollution en O3 en France en 2019

Les niveaux d’ozone enregistrés en 2019 sont particulièrement élevés et en partie dus à des conditions météorologiques qui ont favorisé la formation de ce polluant. Ainsi, l’année 2019 est marquée par deux épisodes de pollution d’ampleur nationale (fin juin et fin juillet) avec des concentrations supérieures au seuil d’information et de recommandation (180 μg/m3 en moyenne sur une heure). Durant l’été, 252 dépassements de ce seuil sont comptabilisés sur un total de 26 jours et touchent la plupart des régions métropolitaines, le Sud et l’Est demeurant les régions les plus concernées. Quelques dépassements du seuil d’alerte (240 μg/m3 en moyenne sur une heure) y sont également observés fin juin.

Le premier épisode, et aussi le plus intense, survient entre le 25 et le 30 juin. Les principales régions touchées par cet événement sont l’Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Grand Est, Normandie, Centre-Val de Loire, Pays de la Loire et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Des zones en Provence-Alpes-Côte d’Azur et Auvergne-Rhône-Alpes connaissent plusieurs jours de dépassement du seuil d’information et de recommandation durant cet épisode.

Les phénomènes observés lors de cet épisode montrent un caractère de grande échelle de la pollution à l’ozone, souvent au-delà du pays, et des effets de panaches plus localisés. Par ailleurs, cet épisode est remarquable par le fait qu’il s’est développé relativement tôt dans l’été par rapport à ce qui était observé au cours des 20 dernières années. Il rappelle également que l’ozone demeure un problème sensible de pollution atmosphérique en France, et plus généralement en Europe.

Moyenne des concentrations maximales journalières en ozone, du 25 au 30 juin 2019
Moyenne des concentrations maximales journalières en ozone, du 25 au 30 juin 2019
Afficher la version texte

Moyenne des concentrations maximales journalières en ozone, du 25 au 30 juin 2019

Source : PREV'AIR

Nombre de jours de dépassement du seuil d’information pour l’ozone, entre le 25 et le 30 juin 2019
Nombre de jours de dépassement du seuil d'information pour l'ozone, entre le 25 et le 30 juin 2019
Afficher la version texte

Nombre de jours de dépassement du seuil d’information pour l’ozone, entre le 25 et le 30 juin 2019

Source : PREV'AIR

Un second épisode d’ampleur nationale intervient à la fin du mois de juillet 2019 à la faveur de conditions météorologiques caniculaires. Comme pour l’épisode de juin, les régions Île-de-France, Grand Est, Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur sont plus particulièrement concernées par des forts niveaux de concentrations. Le seuil d’information et de recommandation est dépassé dans les régions Île-de-France et Grand Est et, dans une moindre mesure, dans les régions Normandie, Hauts-de-France, Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes.

Pour ces deux périodes fortement polluées de l’été 2019, l’évolution des conditions météorologiques avec l’arrivée de perturbations par l’Ouest conduit à la fin des épisodes.

Moyenne des concentrations maximales journalières en ozone du 22 au 27 juillet 2019
Moyenne des concentrations maximales journalières en ozone, du 23 au 27 juillet 2018
Afficher la version texte

Moyenne des concentrations maximales journalières en ozone, du 23 au 27 juillet 2018

Source : PREV'AIR

Nombre de jours de dépassement du seuil d’information pour l’ozone, entre le 22 et le 27 juillet 2019
Nombre de jours de dépassement du seuil d'information pour l'ozone, entre le 22 et le 27 juillet 2019
Afficher la version texte

Nombre de jours de dépassement du seuil d’information pour l’ozone, entre le 22 et le 27 juillet 2019

Source : PREV'AIR

Du 3 au 7 juillet et du 22 au 28 août, deux autres épisodes de moindre importance sont également observés avec quelques dépassements du seuil d’information et de recommandation.

Les épisodes de pollution en O3 en France en 2018

L’année 2018 est marquée par trois épisodes d’ampleur nationale de pollution à l’ozone, avec des concentrations qui ont excédé le seuil d’information et de recommandation (180 μg/m3 en moyenne sur une heure).

Le premier épisode, le moins intense, s’est produit du 30 juin au 2 juillet.

Une seconde situation météorologique propice s’installe sur le pays du 23 au 27 juillet conduisant à un épisode de pollution à l’ozone plus intense que le premier et avec une extension géographique de la zone concernée. Cet épisode, au cours duquel de nombreux dépassements du seuil d’information et de recommandation sont enregistrés, atteint son apogée le 26 juillet. Il concerne principalement les Hauts-de-France, l’Île-de-France et la Normandie. Le plus grand nombre de jours de dépassement est observé dans le nord de la France. D’autres régions, telles que Provence-Alpes-Côte d’Azur, Occitanie ou Grand Est, sont également touchées par cette pollution.

Moyenne des concentrations maximales journalières en ozone, du 23 au 27 juillet 2018
Moyenne des concentrations maximales journalières en ozone, du 23 au 27 juillet 2018
Afficher la version texte

Moyenne des concentrations maximales journalières en ozone, du 23 au 27 juillet 2018

Source : PREV’AIR

Nombre de jours de dépassement du seuil d’information pour l’ozone, entre le 23 et le 27 juillet 2018
Nombre de jours de dépassement du seuil d'information pour l'ozone, entre le 23 et le 27 juillet 2018
Afficher la version texte

Nombre de jours de dépassement du seuil d’information pour l’ozone, entre le 23 et le 27 juillet 2018

Source : PREV’AIR

Le troisième épisode, le plus important de l’été, intervient du 2 au 7 août ; il affecte 9 régions au sein desquelles le seuil d’information et recommandation est dépassé. Le nombre de jours de dépassements concerne une plus grande partie de la France métropolitaine que l’épisode précédent. Toutefois, le seuil d’alerte de 240 μg/m3 en moyenne sur une heure n’est pas non plus atteint.

D’autres dépassements du seuil d’information et recommandation ont lieu au cours de l’été 2018 mais plus brefs dans le temps et avec des caractéristiques plus locales.

Moyenne des concentrations maximales journalières en ozone, du 2 au 7 août 2018
Moyenne des concentrations maximales journalières en ozone, du 2 au 7 août 2018
Afficher la version texte

Moyenne des concentrations maximales journalières en
ozone, du 2 au 7 août 2018

Source : PREV’AIR

Nombre de jours de dépassement du seuil d’information pour l’ozone, entre le 2 et le 7 août 2018
Nombre de jours de dépassement du seuil d'information pour l'ozone, entre le 2 et le 7 août 2018
Afficher la version texte

Nombre de jours de dépassement du seuil d’information pour l’ozone, entre le 2 et le 7 août 2018

Source : PREV’AIR

Les épisodes de pollution en O3 en France en 2017

L’été 2017 fait l’objet d’un unique épisode de pollution d’ampleur nationale. Il débute le 19 juin, les conditions météorologiques étant alors propices à la formation d’O3. Du 19 au 23 juin, les concentrations en O3 sont supérieures au seuil d’information et de recommandation, les températures caniculaires exceptionnelles pour cette période de l’année conduisant à une production importante d’O3 sur tout le pays. Il prend fin le 23 juin sous l’effet d’un changement de régime météorologique. Plusieurs régions ont été affectées par ce phénomène parmi lesquelles la Normandie, les Hauts-de-France, l’Île-de-France, le Grand Est et la Provence - Alpes-Côte d’Azur.

D’autres dépassements du seuil d’information et de recommandation interviennent en 2017 mais sont assez rares, localisés et sans persistance importante.

Moyenne des concentrations horaires maximales journalières de fond en O3 du 19 au 23 juin 2017
Moyenne des concentrations horaires maximales journalières de fond en O<sub>3</sub> du 19 au 23 juin 2017
Afficher la version texte

Moyenne des concentrations horaires maximales journalières de fond en O3 du 19 au 23 juin 2017

Source : PREV’AIR

Les épisodes de pollution en O3 en France en 2016

L’été 2016 fait l’objet d’un unique épisode de pollution d’ampleur nationale. Il survient vers la fin de l’été avec des concentrations en O3 supérieures au seuil d’information et de recommandation entre le 24 et le 27 août. Plusieurs régions sont affectées parmi lesquelles la Normandie, les Hauts-de-France, l’Île-de-France, le Grand Est et la Provence-Alpes-Côte d’Azur. Des conditions météorologiques propices à la formation d’O3 apparaissent à partir du 23 août : des températures caniculaires exceptionnelles pour cette période de l’année conduisent à une production importante d’O3 sur tout le pays. Cette situation dure cinq jours pour s’achever le 27 août sous l’effet d’un changement de régime météorologique. D’autres dépassements du seuil d’information et de recommandation interviennent en 2016 mais sont assez rares, localisés et sans persistance importante.

Moyenne des concentrations horaires maximales journalières de fond en O3 du 24 au 27 août 2016
Moyenne des concentrations horaires maximales journalières de fond en O<sub>3</sub> du 24 au 27 août 2016
Afficher la version texte

Moyenne des concentrations horaires maximales journalières de fond en O3 du 24 au 27 août 2016

Source : PREV’AIR

Les épisodes de pollution en O3 en France en 2015

Après un été 2014 peu favorable à la formation d’O3, l’été 2015 est marqué par plusieurs périodes avec des concentrations élevées sous l’influence de conditions d’ensoleillement important et de vents faibles. Ces conditions météorologiques propices à la formation de l’O3 apparaissent dès le début du mois de juin. Des concentrations supérieures au seuil d’information et de recommandation sont mesurées pour une trentaine de journées durant la période estivale.

Parmi toutes ces journées, un épisode majeur se déroule du 30 juin au 7 juillet. Au cours de cette période caniculaire, les températures sont anormalement élevées avec des maximales de 5 à 9 degrés Celsius au-dessus des normales, favorisant ainsi l’apparition de concentrations élevées en O3. Ces dernières affectent principalement la Normandie, l’Île-de-France, le Grand Est et la Provence-Alpes-Côte D’Azur. Des dépassements plus sporadiques ont également lieu sur d’autres régions. Le changement de conditions météorologiques le 8 juillet avec un flux de nord/nord-ouest sur la France met fin à l’épisode.

D’autres épisodes de pollution à l’O3 sont observés en 2015 avec une ampleur moins importante, notamment entre le 9 et le 13 juin, le 21 et le 26 juillet et entre le 6 et le 8 août.

Moyenne des concentrations horaires maximales journalières de fond en O3 du 30 juin au 7 juillet 2015
Moyenne des concentrations horaires maximales journalières de fond en O<sub>3</sub> du 30 juin au 7 juillet 2015
Afficher la version texte

Moyenne des concentrations horaires maximales journalières de fond en O3 du 30 juin au 7 juillet 2015

Source : PREV’AIR