La pollution de l’air par les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)

Fiches thématiques

Le benzo[a]pyrène (B[a]P) est considéré comme traceur du risque cancérigène pour la famille des HAP. En 2019, les concentrations moyennes annuelles de ce dernier sont inférieures au seuil réglementaire fixé pour la protection de la santé à long terme, excepté sur un point de mesure.

Les concentrations en B[a]P et situation au regard de la réglementation

Les concentrations dans l’air de HAP sont réglementées par la directive 2004/107/CE du 15 décembre 2004. La surveillance des teneurs en B[a]P et de celles d’autres HAP est relativement récente. En 2019, une station sur près de quarante mesure des concentrations en B[a]P qui ne respectent pas le seuil réglementaire en moyenne annuelle fixé à 1 ng/m3 pour la protection de la santé à long terme. Cette station se situe à Thionville en Lorraine et enregistre une teneur en B[a]P de 1,9 ng/m3 sous l’influence d’installations industrielles.

Sur le reste du territoire, les concentrations annuelles en B[a]P s’établissent de la manière suivante :

  • entre à 1,1 et 1,4 ng/m3 : deux sites avec des concentrations égales à 1,1 et 1,2 ng/m3 localisés respectivement à Sallanches en Haute-Savoie et à Dunkerque dans le Nord ;
  • entre 0,51 et 1 ng/m3 sur deux sites ;
  • inférieures ou égales à 0,5 ng/m3 sur 86 % des sites.