La radioactivité artificielle des sols

Fiches thématiques

La radioactivité des sols peut être d’origine naturelle héritée des radio-isotopes de la roche à partir de laquelle ils se forment, ou artificielle par contamination. En outre, les sols peuvent atténuer les effets de la radioactivité ou au contraire, devenir des sources de pollution radioactive aux effets dommageables pour l’homme et l’environnement.

Le Césium 137 dans les sols

En France, le césium 137 (137Cs) est le radionucléide artificiel le plus abondant. Il provient soit des retombées des essais atmosphériques d’armes nucléaires (1945-1980), soit des dépôts consécutifs à l’accident de Tchernobyl (mai 1986). Jusqu’au début des années 1990, le milieu atmosphérique constituait le réservoir principal de 137Cs. Après dépôt progressif, le sol est devenu aujourd’hui le réservoir principal pour ce radio-isotope, qui peut être remobilisé sous l’effet de l’érosion. Les dépôts de 137Cs les plus importants localisés dans l’Est résultent des fortes pluies s’étant produites au moment du passage du nuage de Tchernobyl. Les niveaux sont toutefois très inférieurs à ceux observés en Ukraine, en Biélorussie et en Russie.

Activités potentielles de 137Cs dans les sols en 2006
Afficher la version texte

Activités potentielles de 137Cs dans les sols en 2006

Note : La demi-vie du 137Cs est de 30 ans, c’est-à-dire qu’il perd la moitié de son activité au bout de 30 ans. Cette carte intègre les retombées des essais d’armes nucléaires dans l’atmosphère et celles de l’accident de Tchernobyl (26 avril 1986). Le becquerel (unité de mesure de la radioactivité) correspond à une désintégration par seconde.

Source : Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), 2010

La biodisponibilité du Césium 137

Considéré comme très peu mobile dans la plupart des sols car il se fixe sur les minéraux argileux, le 137Cs peut néanmoins rejoindre l’eau du sol en condition acide. Il est alors susceptible d’être assimilé par les organismes vivants (végétation, etc.), avec un risque d’accumulation. Même si sa biodisponibilité diminue au cours des années (demi-vie de 30 ans), le 137Cs est encore très régulièrement mesuré dans les champignons ramassés en France.

Activités en 137Cs mesurées dans les champignons ramassés en 2010
Télécharger le fichier de données (Document Excel 13.2 ko) Afficher la version texte

Activités en 137Cs mesurées dans les champignons ramassés en 2010

Source : IRSN, 2013