Les feux de forêt : un effet aggravant du changement climatique

Fiches thématiques

En 2018, environ un cinquième des communes sont exposées au risque feu de forêt. Entre 1973 et 2018, 200 km2 ont été brûlés chaque année, essentiellement sur le pourtour méditerranéen. La France recense en outre 4 200 départs de feu en moyenne par an. Si jusqu’à présent les forêts du pourtour méditerranéen étaient plus particulièrement vulnérables aux feux de forêts, la moitié des forêts métropolitaines sera soumise au risque incendie élevé d’ici 2050, selon la mission interministérielle relative au changement climatique et à l’extension des zones sensibles aux feux de forêts.

Quelles sont les zones les plus exposées ?

En France, 6 765 communes sont exposées au risque de feu de forêt en 2018, soit une commune sur cinq. C’est 3,5 fois moins que le nombre de communes exposées au risque inondation, ce dernier étant le risque le plus préoccupant en France.

Les communes exposées aux risques feux de forêts en 2018

Les communes exposées aux risques feux de forêts en 2018
Afficher la version texte

Les communes exposées aux risques feux de forêts en 2018

Source : MTES, Gaspar, 2019 - © IGN, BD Carto® 2016.

Traitements : SDES, 2019

Les communes exposées aux risques feux de forêts, en mars 2010

Les communes exposées aux risques feux de forêts, en mars 2010
Afficher la version texte

Les communes exposées aux risques feux de forêts, en mars 2010

Source : Meeddm (base de données Gaspar), mars 2010 - © IGN, BD Carto® limites communales, 2006

Traitements : SOeS

Les 6 765 communes exposées au risque feu de forêt représentent 30 % de la surface du territoire de la France et concentrent un cinquième de la population française. Pour ces communes, les feux de forêts font partie d’un ensemble de risques climatiques (inondation, mouvement de terrain, etc.) potentiels, ces risques étant susceptibles de s’accroître avec le changement climatique. En moyenne, ces communes sont ainsi exposées à 2,6 risques climatiques, contre 1,4 pour l’ensemble des communes françaises.

Les trois quarts des communes concernées se situent dans le sud de la France. Les conditions climatiques (vent, chaleur), ainsi que la nature de la végétation sont en effet favorables aux déclenchements de feux de forêts. Certains massifs s’avèrent ainsi particulièrement vulnérables : ceux de Corse, mais aussi l’Esterel, les Maures et ceux s’étendant du Lubéron au Vercors en Provence-Alpes-Côte d’Azur, les Cévennes et le Forez sur les contreforts du massif Central, les massifs pyrénéens, les Landes et le Périgord et enfin, la Sologne en région Centre-Val de Loire.

Au final, quatre régions concentrent ensemble plus de 85 % des communes exposées aux feux de forêt : Occitanie (30 % de ces communes), Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine (21 % chacune) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (14 %).

Nombre de communes exposées au risque feu de forêt par région en 2018

Nombre de communes exposées au risque "feu de forêt" par région en 2018
Télécharger le fichier de données (Document Excel 51.5 ko) Afficher la version texte

Nombre de communes exposées au risque "feu de forêt" par région en 2018

Note : seules les régions présentant des communes exposées/classées à risque "feu de forêt" sont représentées ici.

Source : MTES, Gaspar, 2019 - © IGN, BD Carto® 2016.

Traitements : SDES, 2019

Nombre de communes exposées au risque "feu de forêt" par région, en mars 2010

Nombre de communes exposées au risque "feu de forêt" par région, en mars 2010
Télécharger le fichier de données (Document Excel 38.5 ko) Afficher la version texte

Nombre de communes exposées au risque "feu de forêt" par région, en mars 2010

Note : seules les régions présentant des communes exposées/classées à risque "feu de forêt" sont représentées ici.

Source : Meeddm (base de données Gaspar), mars 2010 - DFCI Aquitaine

Région méditerranéenne : 200 km2 brûlés chaque année

En région méditerranéenne, cette zone très sensible a été dotée d’un outil permettant de recenser les feux de forêts dès 1973. Il s’agit de la banque de données sur les incendies de forêts en région méditerranéenne (Prométhée). Elle comptabilise ainsi 112 300 départs de feux pour la période 1973-2018, avec une surface forestière de près de 9 200 km2 brulés (919 300 ha) en 45 ans.

Nombre de départs de feux par commune en région méditerranéenne, entre 1973 et 2018
Nombre de départs de feux par commune en région méditerranéenne, entre 1973 et 2018
Afficher la version texte

Nombre de départs de feux par commune en région méditerranéenne, entre 1973 et 2018

Source : Prométhée (banque de données sur les incendies de forêts en région méditerranéenne), janvier 2019.

Traitement : SDES, 2019

Diminution des surfaces brûlées de deux tiers depuis 1990

En métropole, un peu moins de 4 200 départs de feu se produisent en moyenne chaque année, affectant en moyenne 20 500 hectares de forêt entre 1985 et 2016 (CE/Effis). Les trois quarts des communes françaises ayant subi des feux sont situées dans la moitié sud de la France. Ces zones boisées ont un fort potentiel combustible en raison des essences représentées et de la sécheresse des sols. L’accroissement de biens et de la population à proximité et dans les forêts augmente la vulnérabilité de ces zones face aux incendies.

Les surfaces brûlées ont diminué en moyenne de deux tiers depuis les années 1990. Les régions méditerranéennes demeurent les plus sensibles aux feux de forêts, malgré une part en nette diminution : environ 50 % des surfaces totales incendiées de 2011 à 2014, contre 100 % de 1985 à 1992. Cette part s’accroit néanmoins en 2016 (75 %), en raison notamment d’importants incendies dans les Bouches-du-Rhône (4 500 ha incendiés).

Si le nombre d’incendies a tout d’abord fortement augmenté entre 1990 et 1997 avant de décroître, il atteint 4 300 feux par an en moyenne en 2016, grâce à la détection précoce, à l’amélioration du dispositif de lutte contre les incendies et à la prévention. L’année 2003 fait cependant exception : 73 300 ha incendiés et 7 000 départs de feux en raison d’une météorologie exceptionnelle. La sécheresse conjuguée au phénomène de foudre fut à l’origine de nombreux départs de feux simultanés.

Évolution des surfaces brûlées et du nombre de feux en France
Évolution des surfaces brûlées et du nombre de feux en France
Télécharger le fichier de données (Document Excel 60 ko) Afficher la version texte

Évolution des surfaces brûlées et du nombre de feux en France

Champ : France métropolitaine (y compris la Corse)

Source : Commission européenne, European Forest Fire Information System (EFFIS, Fire History), 2018

Traitement : SDES, 2018

Prévision, surveillance et plans de prévention dédiés

La prévision des feux de forêts repose sur les données météorologiques (vent, température, humidité, ensoleillement et état de sécheresse). Le relief est également pris en compte dans l’évaluation du risque, car il constitue un facteur aggravant de la propagation du feu. Pendant les périodes les plus critiques de l’année (le plus souvent l’été), les secteurs à risque font l’objet d’interdiction de feu, complétée de mesures de sensibilisation, d’information et de répression. La surveillance permet de détecter au plus tôt les feux naissants et de les circonscrire rapidement. L’entretien des massifs boisés, le débroussaillage et la création d’allées pare-feu limitent les départs de feu et réduisent les zones exposées.

Le risque incendie de forêt doit être obligatoirement pris en compte dans les documents d’urbanisme (SCOT, PLU, carte communale). La loi du 2 février 1995 a instauré les plans de prévention des risques d’incendies de forêt (PPRIF). Ils délimitent les zones exposées et définissent des mesures de prévention, de protection et de sauvegarde. Annexés au plan local d’urbanisme de la commune, ces plans interdisent ou réglementent les nouvelles constructions dans les zones très exposées. Dans les autres zones, ils veillent à ce que les nouvelles constructions n’aggravent pas le risque et ne soient pas vulnérables en cas d’incendie. Des règles s’imposent également aux constructions existantes, dont la plantation d’espèces peu combustibles, le débroussaillement, la création de réserve d’eau ou la création de voies d’évacuation.