Les risques et accidents technologiques

Fiches thématiques

Le 3 juin 2019

Les risques technologiques recouvrent en particulier les risques sur la santé, la sécurité et l’environnement, industriels, nucléaires, chimiques, induits par les activités humaines. Les sources de risques technologiques sont notamment : les installations industrielles, les installations nucléaires, le transport de matières dangereuses, les sites miniers (le plus souvent passés, on parle de « l’après-mine), les grands barrages. 18 000 communes sont exposées aux risques technologiques. Sur la période 1992-2017, près de 40 000 accidents technologiques de tous niveaux de gravité, ont été recensés en France. Un tiers de ces accidents ont conduit à des conséquences sur l’environnement. Un accident sur 6 a entraîné des victimes ou des blessés.

Les communes exposées aux risques technologiques

La base de données GASPAR du Ministère en charge de l’écologie recense fin 2018, 18 000 communes à risque technologique en France. Parmi ces communes, 545 soit moins de 4% des communes à risque, sont exposées à au moins 3 risques technologiques. Sept départements concentrent près de la moitié de ces communes : Isère, Pas-de-Calais, Loire, Aube, Gard, Rhône, Bouches-du-Rhône.

Les communes à risques technologiques en 2018
Afficher la version texte

Les communes à risques technologiques en 2018

Source : MTES / DGPR, Base de données GASPAR, juillet 2018

Traitement : SDES, 2019

Les accidents technologiques

Les accidents technologiques majeurs se caractérisent par une faible fréquence et par une gravité importante : nombreuses victimes, dommages importants aux biens et à l’environnement. En France, plusieurs grands accidents technologiques ont marqué les esprits depuis un siècle : rupture du barrage de Malpasset en 1959 (423 victimes et 7000 sinistrés), explosions et incendies de la zone de stockage de GPL de la raffinerie de Feyzin en 1966 (18 morts, 84 blessés), explosion dans l’usine AZF à Toulouse en 2001 (31 morts, plusieurs milliers de blessés).

Nombre et type d’accidents

Le recensement des accidents technologiques est réalisé par le Bureau d’Analyse des Risques et Pollutions Industriels (BARPI). Les accidents technologiques surviennent plus fréquemment (65 %) dans les installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE).

Le transport de matières dangereuses est à l’origine de 10 % des accidents technologiques. Les ruptures de canalisations ont entraîné 2441 accidents sur la période 1992 à 2017, soit 6 % des accidents.

Répartition des accidents technologiques par type d’événements de 1992 à fin 2017
Télécharger le fichier de données (Document Excel 61.5 ko) Afficher la version texte

Répartition des accidents technologiques par type d’événements de 1992 à fin 2017

Note : Sur 39 479 accidents recensés en France entre 1992 et fin 2017.
Les accidents répertoriés peuvent concerner plusieurs types d’événements (% total > 100 %).
Les accidents survenants sur des transports de matières dangereuses, canalisations et barrages ne sont enregistrés de manière exhaustive que depuis quelques années.
Les accidents dits "autres" regroupent les accidents résultant de l’utilisation domestique du gaz, les pollutions des eaux d’origine inconnue et autres cas ne pouvant pas être classés dans les catégories choisies.

Source : MTES/DGPR/BARPI (base Aria), juillet 2018

Traitement : SDES

Conséquences des accidents technologiques

Les accidents technologiques peuvent conduire à des dommages nombreux et de niveaux de gravité multiples : conséquences humaines (décès ou blessés) dans 18 % des cas, conséquences économiques dans 69 % des accidents, conséquences sociales dans 29 % des événements.

Conséquences des accidents technologiques survenus entre 1992 et 2017
Télécharger le fichier de données (Document Excel 18.4 ko) Afficher la version texte

Conséquences des accidents technologiques survenus entre 1992 et 2017

Note : DOM inclus. Sur 39 479 accidents recensés en France entre 1992 et fin 2017. Un accident peut donner suite à plusieurs types de conséquence.

Source : MTES/DGPR/BARPI (base Aria), juillet 2018

Traitement : SDES

Les accidents technologiques peuvent conduire également à des atteintes au milieu naturel. Sur la période 1992 à fin 2017, un tiers des accidents ont conduit à des impacts environnementaux. Un accident peut donner lieu à plusieurs types de conséquences :

  • pollution des eaux de surface, des eaux souterraines et contamination des sols lors du déversement de matières dangereuses ou polluantes ou le rejet non maîtrisé des eaux d’extinction d’incendies ;
  • pollution atmosphérique lors d’incendies, d’explosions, rejets incontrôlés de gaz ou substances dangereuses ;
  • atteinte à la faune et à la flore sauvage lors d’incendies ou en cas de déversement de matières polluantes dans l’environnement.

Entre 1992 et fin 2017, 16 % des accidents technologiques ont donné lieu à une pollution des eaux de surfaces ou des eaux souterraines et 9 % à une pollution atmosphérique. Les contaminations des sols et les atteintes à la faune et à la flore sauvage sont deux fois moindre (respectivement 5 % et 4 %).